Suivez nos diables rouges euro 2020

La Super League aura vécu 48 heures !

Cette actualité vous est proposée par Webfoot.be
La voie des supporters européens a bien été entendue
La voie des supporters européens a bien été entendue, le projet de Super League est au placard !

Les supporters ont eu gain de cause, la Super League européenne, c'est NON!

Il y a 48 heures, le monde du football européen craignait d’imploser sous les coups de douze frondeurs. Aujourd’hui, les instances du football, aussi bien européennes que mondiales, respirent. Les clubs, sans doute séduits par un projet pour le moins rentable, se retirent un à un pour éviter une fracture au sein du sport le plus populaire du continent.

D’aucuns les avaient surnommés les douze salopards tant le projet de Super League semblait propice à faire imploser le football européen et, a fortiori, le football mondial. Et c’est vrai que cette initiative privée avait de quoi inquiéter les millions de supporters avides d’un football accessible à défaut d’éviter le brassage de millions d’euros chaque année.

Concurrencer la Champions League nécessitera plus de préparation

Difficile d’imaginer que les staffs de clubs majeurs comme le sont ceux qui ont initié ce projet de Super League (pour rappel, l’AC Milan, Arsenal, l’Atletico Madrid, Chelsea FC, le FC Barcelone, l’Inter Milan, la Juventus, Liverpool, Manchester City, Manchester United, le Real Madrid et Tottenham) n’aient pas supposé la levée de boucliers qu’allait entraîner leur décision de scission.

Bien sûr, il y a eu les réactions d’hommes politiques, mais on peut imaginer que celles-ci n’ont pas fait trembler les créateurs du projet. Et que dire des coups de semonce de l’UEFA et de la FIFA, menaçant d’exclure clubs et joueurs de toute compétition internationale, vite étouffés par un tribunal de Madrid, saisi en référé, interdisant toute forme de sanction de la part des instances européennes et mondiales du football.

La force des supporters

Immédiatement, ce sont les supporters qui ont exprimé leur désappointement. Le football européen allait donc se jouer à deux vitesses. Un cénacle de super clubs jouant en privé pour engranger un maximum de revenus et les autres, de facto considérés comme moins dignes d’intérêt et ne pouvant bénéficier de l’effet solidaire de la redistribution de revenus par l’UEFA ou la FIFA.

À titre d’exemple, mardi soir, alors que Chelsea défiait Brighton en Premier League, des milliers de supporters ont fait fi de la Covid-19 pour montrer leur désaccord avec les dirigeants de leur club. Une histoire qui s’est répétée en Grande-Bretagne, mais aussi en Italie ou en Espagne.

La Super League poignardée par les Anglais

Ce sont les Anglais qui, en premier, ont présenté leurs excuses aux supporters dépités et qui ont annoncés leur retrait d’un projet dont on apprendra que les accords interclubs n’étaient pas tout à fait finalisés (contrairement à ce que les initiateurs du projet avaient pu dire lors de sa présentation de début de semaine). Forcément, quand la moitié des effectifs claque la porte, on peut déjà douter de la viabilité du projet dans son ensemble.

D’autant que, quelques heures plus tard, ce sont les clubs italiens qui annonçaient, les uns après les autres, ne plus vouloir se lancer dans un projet qui ne réunissait manifestement pas tous les suffrages. A l’heure d’écrire ces lignes, seuls les deux clubs espagnols ne se sont pas encore exprimés. On voit toutefois mal comment ils pourraient mener ce genre de compétition et surtout monter le plan financier tel qu’évoqué en duo.

Une mort annoncée, mais temporaire

En coulisses, on chuchote que si les clubs entendent garder bonne figure en quittant le projet, ce dernier n’en reste pas moins attrayant d’un point de vue financier et qu’il pourrait revoir le jour d’ici quelques mois ou quelques années. Une chose est certaine : cela ne va pas simplifier les discussions lors du prochain congrès convoqué par les instances européennes. Les dissensions sont gigantesques entre les différentes fédérations, les clubs et les objectifs de la FIFA et de l’UEFA. Nul doute que les discussions seront houleuses.

Prenez votre agenda et renforcez votre connexion Internet

Une chose est certaine : quelles que soient les décisions prises, nous continuerons à vous guider dans le monde du football. Votre chance ? Pouvoir regarder tous les matchs qui vous intéressent directement sur votre écran d’ordinateur, avec une ‘simple’ connexion Internet (découvrez ici comment visionner gratuitement et en direct les matchs qui vous passionnent, et ce, avec une simple connexion Internet).

Thèmes :uefa, chelsea